B12

B12, une application fondée sur la science, dont l’objectif ultime est le transfert des connaissances

Pendant des années, Julie, Nadia, Louis, Pierre-Alexandre et moi avons développé des centaines d’écosystèmes de formation mettant à profit les technologies. Activités en classe, cours en ligne, séances de coaching, simulations, jeux sérieux, réalité virtuelle… Nous recherchions les meilleures solutions pour améliorer la performance des employés.

En tant que fournisseurs, nous portions surtout notre attention sur le moment de la formation. Le pendant. Une fois les produits livrés, nous passions à un autre mandat, tandis que les apprenants commençaient tout juste à appliquer leurs nouvelles connaissances au travail. Malheureusement, l’intérêt pour l’évaluation et la mesure du transfert des connaissances était souvent faible, et le budget conséquemment limité. Nous avons d’ailleurs remarqué chez nos clients une certaine peur de connaître l’efficacité d’une formation.

Dans ce contexte, la création de contenu était une solution facile. Trop grand était le penchant pour la création de capsules informatives dans Articulate Rise ou d’autres solutions permettant de produire des « PowerPoint glorifiés ». L’accent était sur le contenu, moins sur la performance.

Nous formions beaucoup trop, si bien que j’avais toujours le sentiment de ne pas avoir complètement bouclé la boucle. Quel était le véritable impact de nos projets? Combien de personnes avaient efficacement intégré leurs nouvelles connaissances au travail? Avions-nous vraiment réglé le problème de performance à l’origine du besoin de formation? C’est dans cet esprit que nous avons fondé Apprentx et développé B12, notre application de renforcement créant un véritable impact chez nos clients.

Lorsqu’on me demande : « Pourquoi une autre application dans le domaine de l’apprentissage? » ou lorsqu’on me souligne que le domaine est saturé, ma réponse est toujours la même : les solutions que nous avons analysées ne répondaient pas à nos attentes pédagogiques et étaient souvent trop dispendieuses. Nous voulions créer une application fondée sur la science, dont l’objectif ultime est le transfert des connaissances et la création de valeur pour nos clients. Nous voulions également simplifier et accélérer le processus de conception pédagogique sans diminuer l’efficacité des formations. Forts de nos 20 ans d’expérience, nous avons donc développé B12, une application qui offre des programmes de renforcement personnalisés visant à contrer la courbe de l’oubli et à accélérer la mise en pratique des nouvelles connaissances. B12 met à profit la science cognitive, l’intelligence artificielle et l’analytique avancée pour développer les compétences, tout en offrant aux apprenants, aux superviseurs et aux équipes de direction une visibilité sur leur performance. B12 s’intègre facilement aux écosystèmes d’apprentissage et aux systèmes de gestion des talents (LMS, LXP). B12, comme la vitamine, donne des doses d’énergie, des boosts favorisant la mémorisation et la mise la pratique.

La puissance du moteur de B12

B12 a été conçue par des concepteurs pédagogiques d’expérience et programmée par une équipe talentueuse (Charles-Olivier, Antoine et Alex). Nous avons jumelé la meilleure pédagogie à la meilleure technologie dans un esprit de simplicité et d’efficacité, pour créer une expérience apprenant optimale.

La façon dont nous apprenons est méconnue et complexe. Les stratégies d’apprentissage les plus efficaces sont souvent contrintuitives, et l’oubli fait partie intégrante du processus. Plusieurs recherches ont démontré qu’on oublie rapidement ce qu’on a appris si on ne le met pas en pratique, et ce, à des degrés différents selon plusieurs facteurs (Peter C. Brown, Henry L. Roediger et Mark A. McDaniel, 2014). Le problème réside dans le fait qu’en retournant à leur routine de travail, les employés formés ne mettent pas suffisamment en application leurs nouvelles connaissances, si bien qu’ils les oublient.

Le cerveau est une merveilleuse machine : si on ne lui démontre pas l’importance d’un élément par la répétition, il l’oublie! Dans quelle proportion? Cela est difficile à évaluer, car une multitude de variables entrent en jeu, notamment la qualité de la formation, la motivation des apprenants et la présence de liens avec les connaissances antérieures. La courbe de l’oubli d’Ebbinghaus, qui présente la moyenne des résultats obtenus par un groupe d’apprenants, s’avère un outil populaire à cet égard. Or, elle montre une tendance dans une seule condition d’apprentissage. Il est donc impossible de prédire un pourcentage d’oubli précis, et c’est pourquoi vous devez être très critique lorsqu’un fournisseur fait ce genre de prédiction. Il est totalement erroné d’affirmer, par exemple, que 30 % des informations apprises sont oubliées après 24 h, ou encore que ce ratio monte à 80 % après une semaine. La vérité est que la rétention fluctue. La recherche démontre indubitablement que les activités de formation peuvent produire des améliorations dans la mémoire à long terme. Les gourous, fournisseurs, influenceurs et blogueurs affirmant que la formation est inefficace ont certes tort (Thalheimer, 2010). En revanche, sans intervention postformation, les apprenants oublieront un pourcentage important de ce qu’ils ont appris. D’où l’utilité de B12 : notre application permet de cibler les connaissances essentielles à mémoriser afin que celles-ci soient mises en pratique. Le but est que les apprenants mobilisent les connaissances fraîchement mémorisées et qu’ils les utilisent dans un contexte pertinent.

 

Nous avons bâti B12 autour de stratégies pédagogiques fondées sur la science. Ces stratégies, simples et efficaces, incluent la pratique d’extraction (ou l’effet de test), l’effet d’espacement, l’intercalage, l’évaluation des connaissances basée sur la confiance, la mise en pratique et la rétroaction.

 

  • La pratique d’extraction (retrieval practice) amplifie l’apprentissage en demandant aux apprenants de retrouver l’information ciblée dans leur mémoire. Le simple fait de devoir se souvenir activement de cette information stimule l’apprentissage, et à plus forte raison lorsque l’effort investi dans l’exercice est grand ( O. Einstein, H. G. Mullet et T. L. Harrison, 2012).

 

  • L’effet d’espacement fait référence aux retombées positives de la répétition de courtes activités pédagogiques espacées dans le temps. L’idéal est d’augmenter progressivement l’espacement et le niveau de difficulté des activités. Permettre aux apprenants d’oublier partiellement ce qu’ils ont appris renforce paradoxalement la rétention, car ils sont alors invités à utiliser des stratégies d’encodage différentes, souvent plus efficaces (Shank, 2018).

 

  • L’intercalage consiste à mélanger ou à intercaler plusieurs matières ou sujets afin d’améliorer l’apprentissage. Cette méthode s’oppose à l’étude en bloc, qui consiste à étudier un seul sujet de manière approfondie avant de passer au sujet suivant.

 

  • L’évaluation des connaissances basée sur la confiance permet d’évaluer le niveau de confiance quant aux réponses données par un apprenant. Cette méthode a été développée pour augmenter la rétention et minimiser « l’effet de devinette » faussant les résultats. Elle permet de distinguer ce que l’apprenant pense savoir de ce qu’il sait vraiment (Hunt, 2003; Bruno, 1995; et Gardner-Medwin, 2006).

 

  • La mise en pratique est essentielle dans l’application de nouvelles connaissances (Shank, 2017). Sans mise à l’épreuve et rétroaction, une amélioration est peu probable. La mise en pratique permet d’appliquer ce qui a été appris dans un environnement simulé ou dans la vraie vie.

 

Il existe plusieurs applications dans le monde de la formation, et toutes ont leurs forces et leurs faiblesses. B12 est un outil puissant que nous intégrons dans un écosystème conçu de façon stratégique. Nous avons bâti B12 avec des partenaires désirant innover, mesurer l’impact de leurs formations et améliorer l’expérience des apprenants. Les résultats que nous avons obtenus chez nos clients sont incroyables. La science de l’apprentissage est un domaine de recherche encore jeune. Même s’il reste beaucoup de découvertes à faire, les fondations sur lesquelles les fonctionnalités de B12 reposent sont solides. Vous avez l’impression que votre formation en ligne ne donne pas les résultats souhaités? Vous voulez mesurer en temps réel la capacité de vos employés à mettre en pratique leurs nouvelles connaissances et à améliorer leur performance? Vous voulez mieux analyser les besoins de vos employés? B12, c’est une application créée par des concepteurs pédagogiques, basée sur la science de l’apprentissage, dont l’objectif est le transfert des connaissances. Et derrière elle : une équipe qui ROCK et qui saura exercer un véritable impact dans votre organisation.

Chaque jour, nous voulons nous améliorer, nous voulons partager, nous voulons faire une différence dans la vie des gens. Chaque jour, nous apprenons, nous sommes des apprentis… Nous sommes Apprentx!

 

Jean-Philippe Bradette, CTDP, CRHA

Cofondateur et président

[email protected]

 

____________________________________________________________________________________________________________________

 Références

Brown, Peter C., Henry L. Roediger, and Mark A. McDaniel. 2014. Make it stick: the science of successful learning.

Bruno, J. E. (1995). Information reference testing (IRT) in corporate and technical training programs. Los Angeles, CA: University of California Los Angeles.

Einstein, G.O., Mullet, H.G., and Harrison, T.L. (2012). The Testing Effect: Illustrating a Fundamental Concept and Changing Study Strategies. Teaching of Psychology, 39(3), pp. 190-193.

Gardner-Medwin, A. R., & Gahan, M. (2003). Formative and summative confidence-based assessment proceedings. 7th International Computer-Aided Assessment Conference, Loughborough, UK, July 2003, 147-155.

Hunt, D. (2003). The concept of knowledge and how to measure it. Journal of Intellectual Capital, 4(1), 100-113.

Karpicke, J. D., & Blunt, J. R. (2011). Retrieval practice produces more learning than elaborative studying with concept mapping. Science, 331, 772–775.

Patti Shank (2017) Practice and Feedback for Deeper Learning: 26 evidence-based and easy-to-apply tactics that promote deeper learning and application (Deep Learning) (Volume 2)

Patti Shank (2018) Manage memory for deeper learning: 21 evidence-based and easy to apply tactics that support memory while learning and beyond.

Thalheimer, W. (2006, February). Spacing Learning Events Over Time: What the Research

Says. Retrieved March 05, 2020, from http://www.work-learning.com/

Thalheimer, W. (2010, April). How Much Do People Forget? Retrieved March 05, 2020, from http://www.work-learning.com/